Être entrepreneur est-il un métier ?

Des études annoncent la fin du salariat, l’entrepreneuriat est poussé de tous les côtés et la nouvelle génération rêve de liberté d’action dans le travail. Entreprendre apparaît comme une solution à beaucoup de problèmes. À en croire OpinionWay, notre pays possèderait un vivier potentiel de 19 millions d’entrepreneurs !

Certes, tous ne passeront pas à l’acte du jour au lendemain. Mais 34% des personnes qui souhaitent créer leur entreprise pensent le faire dans les deux ans à venir. Soit 3 millions de nouvelles activités d’ici à fin 2017, donc 3 millions de personnes qui vont goûter au métier d’entrepreneur. Mais au fait, est-ce vraiment un métier ?

Entrepreneur est-il un métier ?
C’est quoi au juste le métier d’entrepreneur ? Partons de plus loin, c’est quoi eu juste un métier ? Un métier est une activité humaine dans un domaine professionnel, le plus souvent à but lucratif. Il est toujours important de rappeler cette donnée de rémunération quand on aborde l’entrepreneuriat. Si l’on s’en tient à cette définition alors oui, être entrepreneur est un métier. Même si souvent, dans un premier temps, entreprendre s’apparente a du « bénévolat » et donc c’est considéré comme un hobby par le Larousse. En fait être entrepreneur, c’est faire le sacrifice de soi à profit d’une vision.
Le métier d’entrepreneur s’apparente donc à celui d’entraineur. Un manager dont l’objectif est de faire grandir les talents de son équipe pour atteindre des objectifs qu’il fixe et imposer sa vision. L’essence même de l’entrepreneuriat se situe ici. La vision. Connaitre sa boite et diriger la stratégie, avoir la vision et faire en sorte qu’elle s’exécute. L’entrepreneur trouve les moyens d’exécuter sa vision. Cette approche est vraie pour les entreprises qui ont entre 15 et 200 salariés. Mais qu’en est-il des TPE voire des TTPE (Très Très Petite Entreprise) qui représente plus de 95% des entreprises françaises ?

Le travailleur multitâche par excellence
Le chef d’entreprise de TPE ou l’indépendant est son propre patron. Le rêve de nombreux travailleurs épuisés par le salariat. Pour ces « petits patrons » comme on aime à les appeler, surement parce que ce qui est petit est mignon, entrepreneur ce n’est pas un seul métier. Ils sont tantôt managers, tantôt ouvriers. Tantôt commerciaux, tantôt développeurs (WordPress, faut pas déconner non plus). Tantôt comptables et tantôt financiers. Bien loin du métier au sens classique du terme.

Entreprendre c’est avoir le sens du sacrifice et accepter l’irrationalité
L’entrepreneur est polyvalent, mais à être polyvalent il en perd, parfois, sa compétence principale. On a tous une compétence particulièrement développée qu’il faut préserver. Mais l’entrepreneuriat est phénoménal en ce sens ou il permet de développer des compétences inattendues. Prenons un exemple, les développeurs free-lance. Leur compétence clé c’est le code, mais à chercher des contrats, des missions ou des projets ils développent des compétences dont il n’avait pas imaginé l’existence. Mais comment être compétent dans tous les domaines, quand on demande aux personnes ayant un métier « classique » de n’être bonnes que dans un seul domaine ? Il faut s’entourer et accepter le fait que l’entrepreneur n’est pas infaillible. Être entrepreneur c’est jongler entre l’obstination et sa capacité d’adaptation, entre le fait d’être obtus et le fait d’être à l’écoute. Un funambule multitâche au service d’une vision.

Y’a-t-il des prérequis pour être entrepreneur ?
On ne naît pas entrepreneur, on le devient. Mais pas sans efforts. Bien entendu, il faut des qualités naturelles de leader, de charisme et des capacités de réflexion, mais l’entrepreneur se forme tous les jours et se bonifie avec le temps. Comme un bon Côtes du Rhône. L’âge moyen de la réussite d’un entrepreneur c’est 41 ans et après un ou deux échecs, pourtant les plus grosses réussites impliquent des entrepreneurs jeunes, voir très jeunes. Il y a une corrélation certaine entre l’âge est la prise de risque. L’entrepreneuriat est phénoménal en ce sens ou il permet de développer des compétences inattendues
Il n’y a pas vraiment de près requis pour être entrepreneur. Pour autant, il faut faire preuve d’inconscience et de pugnacité.

Si être entrepreneur est un métier, alors c’est un métier à risque.
Entrepreneur, n’est pas un métier. Entreprendre ce n’est pas une activité simple que l’on rémunère. Entreprendre c’est une posture à adopter, celle du partage et de la collaboration. C’est un engagement permanent vers des objectifs que peu de gens comprendront. C’est avoir une vision et vouloir l’imposer. C’est accepter que les choses ne fonctionnent pas toujours comme on le voudrait. Entreprendre c’est avoir le sens du sacrifice et accepter l’irrationalité. Entreprendre c’est prendre des baffes et se relever sans cesse.
Source : 1001startups - 2016

retrouvez-nous

twitter

Partenaires

  • BGE CDMG
  • agefiph partenaire
  • CCI Guadeloupe
  • région guadeloupe cdmg
  • cma cdmg
  • TELI CDMG
  • pole emploi cdmg
  • fongecif
  • onisep partenaire cdmg
  • opcalia partenaire cdmg
  • apel logo
  • crij guadeloupe partenaire

le réseau

 

logo reseau cite des metiers