Travail à distance : les 10 idées fausses les plus fréquentes

Le travail à distance a le vent en poupe. Croyez-le ou pas, mais les gens choisissent en général 30 minutes de nuit supplémentaire plutôt que 30 minutes dans les transports ou les bouchons.

Il apparaît également qu’ils préfèrent avoir des repas faits-maison sur la table de leur cuisine que des surgelés réchauffés au micro-ondes de la cafétéria. Ils ont aussi tendance à choisir une collaboration constructive avec leurs collègues plutôt que la mauvaise ambiance des commérages. Bref, le travail à distance, ça fonctionne.

Selon un sondage effectué par Gallup en 2015, 37% de la population active des États-Unis travaille à distance, et ce nombre ne cesse de grandir. Pourtant, les idées reçues et les erreurs persistent au sujet du travail à distance — des choses telles que la tenue de travail (Est-ce que les gens qui travaillent à distance prennent la peine de s’habiller ?) et le degré d’implication (S’ils ne s’embêtent même pas à venir au bureau, il n’y a aucune chance qu’ils s’investissent dans ce qu’ils font).

Il est temps de laisser tomber les stéréotypes. Pour les réfractaires au travail à distance, voici 10 croyances infondées sur cette habitude en plein essor.

Idée reçue numéro 1 :
Le travail à distance provoque une baisse de productivité On a facilement tendance à croire qu’une personne qui travaille de chez elle est plus facilement distraite parce qu’elle n’a pas un patron qui la surveille à proximité. Pourtant, une étude menée par le Harvard Business Review a montré que, au contraire, des entreprises ont noté une augmentation de 13,5% de la productivité des employés à qui elles avaient permis de travailler à distance.

En effet, quelqu’un travaillant hors du bureau doit composer avec moins de distractions, telles que l’effet « salle de détente » — l’idée selon laquelle les employés sont tentés de quitter leur poste de travail pour aller discuter autour d’un café ou goûter au gâteau d’anniversaire d’un collègue. Les personnes travaillant à distance évitent ces interruptions et le temps nécessaire pour retrouver sa concentration ensuite. On peut donc travailler efficacement depuis chez soi.

Idée reçue numéro 2 :
Les gens qui travaillent à distance ne sont pas joignables Que les employés qui travaillent à distance ne sont pas au bureau ne signifie pas qu’ils sont sortis pique-niquer quelque part. Ils travaillent probablement pour une entreprise qui a des heures d’ouverture habituelles et des journées standards.

Dans une étude réalisée par TINYpulse au sujet de la satisfaction et la productivité des travailleurs à distance, pas moins de 52% d’entre eux ont indiqué être en contact avec leur hiérarchie au moins une fois par jour, et 34% supplémentaires le sont de manière hebdomadaire.

Donc, il est vraiment peu probable que quelqu’un qui travaille à distance puisse s’absenter trois heures en pleine journée pour aller à une séance de spa sans répercussion.

Idée reçue numéro 3 :
Le travail à distance implique que les données ne sont pas sécurisées Nombreux sont ceux qui ont peur de mettre les données de leur entreprise sur des serveurs non sécurisés car ils pensent que ça va provoquer des failles de confidentialité. Ce n’est tout simplement pas vrai. La technologie a suffisamment progressé pour permettre à une équipe informatique de réduire au minimum ce genre de problème.

Il existe une quantité de solutions fiables développées et maintenues par des équipes spécialisées. Utiliser des applications basées sur le cloud signifie que la sécurité est assurée par des logiciels constamment mis à jour, tandis que le parc informatique peut être géré sans que les équipes aient besoin d’accéder physiquement aux machines. De plus, de bonnes pratiques en terme de sécurité, telles que l’identification à deux facteurs et les réseaux privés virtuels (VPN) garantissent que vos informations sont protégées et qu’une personne non-autorisée ne pourra pas y avoir accès.

La plupart des gens vous diront que, si quelqu’un veut voler des informations, il le fera quel que soit son lieu de travail. Comme beaucoup de questions liées au travail à distance, il s’agit ici d’un problème lié aux gens, et non pas d’un problème de lieu de travail.

Idée reçue numéro 4 :
Les difficultés de communication Quand quelqu’un travaille à distance, ça ne veut pas dire que la qualité de la communication baisse. La télécommunication élimine les problématiques liées aux individualités et permet d’aller directement à l’essentiel. Néanmoins, pour que cela fonctionne, les chefs d’équipe doivent définir clairement les attentes et choisir les outils de communication si quelqu’un décide de travailler à distance.

Il y a également, dans les entreprises pratiquant le travail à distance, une tendance croissante à mettre en place des méthodes numériques de socialisation. Prévoir des tranches horaires de pauses avec des discussions par vidéos, proposer des canaux Slack non liés au travail (les animaux domestiques, les enfants et le sport ont toujours un grand succès), appliquer le concept de gamification, ou organiser des rencontres à l’extérieur sont autant de méthodes employées par les équipes travaillant à distance pour favoriser la communication et le sentiment de connexion.

Idée reçue numéro 5 :
Les réunions sont inefficaces
Comme d’autres formes de communications, les réunions deviennent en réalité plus productives quand elles se font par Skype, Zoom ou d’autres technologies équivalentes.

Quand les gens qui doivent réaliser un projet travaillent dans la même pièce tous les jours, on finit par avoir l’impression que l’attention de l’équipe et la capacité à travailler sur le sujet sont illimitées. Les équipes qui travaillent à distance, quant à elles, sont plus conscientes des différences d’heure et des charges de travail lorsqu’il y a une durée spécifique allouée pour un projet en particulier.

Idée reçue numéro 6 :
Les personnes qui travaillent à distance se sentent seules Travailler à distance ne nécessite pas d’être enfermé dans un silo toute la journée. Il est vrai que ceux qui travaillent à distance peuvent choisir de travailler seuls chez eux. Mais ça n’est pas leur seule option. Les cafés, les bibliothèques ou les bureaux partagés (« coworking ») sont très populaires auprès des travailleurs « sans bureau fixe. »

De nouveaux sites comme Workform rassemblent les impressions des gens qui travaillent à distance afin de répertorier les meilleurs endroits pour travailler. Il existe même des startups spécialisées dans l’orientation des travailleurs à distance vers des endroits inoccupés, comme par exemple des restaurants, pendant les heures de travail.

La dimension sociale du travail est moins automatique, mais certainement pas moins importante lorsque l’on travaille à distance.

Idée reçue numéro 7 :
Le travail à distance coûte plus cher
Certaines personnes pensent que la logistique nécessaire au travail à distance provoque en fin de compte une augmentation des coûts. En tout état de cause, ça n’est tout simplement pas le cas. On peut tout au plus admettre qu’il y a un coût initial pour la mise en place des meubles et de l’équipement sur un lieu de travail distant. Néanmoins, une personne travaillant à distance finit globalement par coûter moins cher.

En fait, les frais généraux diminuent car les locaux peuvent être plus petits, les coûts en fournitures sont moindre, tout comme les frais annexes tels que le café, la nourriture ou les photocopieuses. Sans parler de la réduction de l’empreinte carbone avec des employés qui n’ont plus besoin de se déplacer.

Idée reçue numéro 8 :
La culture de l’entreprise en pâtit C’est vrai, l’esprit de camaraderie au bureau n’est pas le même quand une partie de l’équipe travaille ailleurs. Mais ce qui fait l’âme d’une entreprise, ce ne sont pas les commérages — qui peuvent en fait dégrader la culture de votre entreprise — mais la manière dont les employés sont traités et la reconnaissance qu’on leur donne. De simples ajustements dans la communication améliore grandement cet aspect.

Les chefs d’équipe doivent s’appliquer à montrer à chaque membre de l’équipe l’importance qu’il a, particulièrement s’ils ont peu de temps pour discuter au quotidien, et c’est justement quelque chose de positif pour la culture de l’entreprise.

Idée reçue numéro 9 :
Travailler à distance, c’est travailler 24h/24 et 7j/7
Ce n’est pas parce que quelqu’un ne vient pas au bureau le matin pour en repartir le soir qu’il ne sait plus regarder une horloge. Les gens qui travaillent à distance conservent des horaires identiques à celles de leurs collègues dans les locaux et ont les mêmes attentes quant à l’équilibre entre le travail et la vie privée.

De même, les amis des personnes qui travaillent à distance doivent comprendre que ce n’est pas parce qu’ils sont chez eux — ou du moins ailleurs qu’au bureau — que ça signifie qu’ils sont disponibles pour aller boire un verre. Ils ont quand même leur travail à faire.

Idée reçue numéro 10 :
Netflix tourne toute la journée Les travailleurs à distance apprécient globalement le même environnement sonore que ceux qui travaillent au bureau, et laissent tourner la radio ou Spotify. Cependant, ils ont tendance à compenser l’absence de visages autour d’eux en structurant plus leur journée.

Les personnes travaillent à distance indiquent que, oui, elles mettent un pantalon chaque jour et doivent fournir ni plus ni moins d’efforts que leurs collègue au bureau pour se concentrer et rester productifs à l’heure de leur émission préférée.

Vous travaillez à distance ? Partagez votre expérience avec nous ! Rejoignez la communauté Trello sur Slack* et dites nous ce que vous pensez du travail à distance.
*en anglais
Source : blog.trello.com

retrouvez-nous

twitter

Partenaires

  • onisep partenaire cdmg
  • CCI Guadeloupe
  • cma cdmg
  • TELI CDMG
  • opcalia partenaire cdmg
  • apel logo
  • pole emploi cdmg
  • BGE CDMG
  • fongecif
  • crij guadeloupe partenaire
  • région guadeloupe cdmg
  • agefiph partenaire

le réseau

 

logo reseau cite des metiers