Electricien(ne) installateur(trice)

L’électricien du bâtiment effectue tous les travaux d'installations électriques, de distribution et de raccordement d'appareils électriques dans les bâtiments industriels, les logements et les bureaux.

Description métier
L’électricien du bâtiment est traditionnellement chargé de l'équipement électrique des constructions. Il peut aussi être amené à participer à des installations plus complexes comme une climatisation ou un ascenseur.
Dans le cadre d’un plan de rénovation, l’électricien remplace également les installations anciennes pour les rendre conformes aux nouvelles normes.
En se basant sur les plans, l’électricien détermine l’emplacement des éléments de l’installation électrique. Il procède ensuite à la pose des câbles, des fils, des tableaux ou des armoires électriques et des prises. Tous les travaux de mises aux normes de sécurité électriques lui incombent également.
Les activités de l’électricien du bâtiment couvrent un grand nombre d'installations différentes. Sur les chantiers importants, l’électricien se réfère aux schémas de montage et aux plans établis par les architectes ou les ingénieurs. Après la mise en service, il est le plus souvent chargé de la maintenance.
Les automatismes (domotique) sont aujourd'hui très appréciés et représentent un renouvellement du travail de l’électricien. Tous ces marchés requièrent une technicité sans faille, à laquelle les électriciens doivent s'adapter.

Accès au métier
Commencer par un CAP mais préférer le baccalauréat professionnel
Plusieurs diplômes permettent d'exercer la profession d'électricien installateur.
Le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques constitue un sésame et se prépare en 2 ans après la classe de 3e , dans un lycée professionnel ou par l'apprentissage.
Plus polyvalent que le CAP, le bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants permet de bien maîtriser tous les domaines de l'installation et de la maintenance électrique (électricité du bâtiment, domotique, électricité industrielle). Après quelques années d'expérience professionnelle, le titulaire d'un bac pro peut facilement accéder à des fonctions d'encadrement.

Les formations sont les suivantes :
- CAP préparation et réalisation d’ouvrages électriques,
- Bac pro ELEEC électrotechnique, énergie, équipements communicants,
- Bac techno STI2D,
- MC (mention complémentaire) maintenance en équipements et installations électriques,
- MC technicien en énergies renouvelables, option énergie électrique ou option énergie thermique.
Au niveau supérieur, BTS domotique, BTS électrotechnique, très appréciés par les professionnels du bâtiment.
A noter : les CFA d'EDF www.edfrecrute.com

Compétences requises
De la méthode
Ce métier exige un esprit méthodique pour accomplir les travaux étape par étape. Rigueur et vigilance sont nécessaires, car toute erreur peut avoir de graves conséquences en termes de sécurité des installations. Bref, il faut avoir le sens des responsabilités.
Un bon relationnel
Ayant affaire à toutes sortes de clients (entreprises, collectivités ou particuliers), l'électricien doit avoir des facilités de communication. Travaillant en équipe, il doit également être capable d'échanger des informations techniques avec ses collègues de travail.

Contre-indications moins fortes
Les anomalies dans la vision des couleurs, pouvant entraîner une confusion entre les fils, sont de moins en moins invalidantes, les repérages se faisant de façon différente. Mais il vaut mieux ne pas être sujet au vertige, car on peut être amené à travailler en hauteur.

Polyvalence appréciée
L'électricien peut se voir confier diverses missions : mise en place d'un réseau d'éclairage public, entretien et dépannage d'installations, avec tout ce que cela comporte (diagnostic, remplacement d'éléments défectueux, réglages, etc.). Les entreprises recherchent des candidats assez souples pour s'adapter à toutes ces demandes.

Évolutions
Avec de l'expérience, l’électricien en bâtiment peut devenir chef d’équipe sur de gros chantiers et au sein d’une grande entreprise. Il peut aussi se mettre à son compte.
Cette spécialité ne devrait pas avoir de problèmes d’emploi en raison du développement de la domotique qui implique de nombreux travaux d’équipement électrique dans toutes les catégories de bâtiments (économie d'énergie, photovoltaïque..)..

Un domaine porteur
Les électriciens sont très recherchés. Ils peuvent travailler dans une entreprise d'installations électriques, au service maintenance ou travaux neufs d'une grande entreprise (comme EDF ou la SNCF, dans l'industrie automobile, agroalimentaire...), dans une PME, dans le secteur des ascenseurs ou du génie climatique, dans un établissement public, etc. Les innovations techniques créent de nouveaux débouchés pour les électriciens : informatique, téléphonie, vidéosurveillance...

Avec le temps
Après quelques années de pratique, l'électricien installateur peut devenir chef d'équipe, puis chef de chantier. Il devra alors prendre en charge la préparation et l'organisation du chantier, l'animation des équipes, le suivi technique et financier. Il peut aussi se spécialiser : ascenseurs, électroménager, froid et climatisation, etc.

Salaires
Un débutant gagne le Smic (1458 € brut mensuel). . Le salaire moyen d’un professionnel d’expérience peut atteindre 2 500 € brut par mois. S’il se met à son compte, ses revenus peuvent considérablement varier et augmenter jusqu’à 4 000 € en fin de carrière.

retrouvez-nous

twitter

Partenaires

  • pole emploi cdmg
  • agefiph partenaire
  • CCI Guadeloupe
  • TELI CDMG
  • crij guadeloupe partenaire
  • région guadeloupe cdmg
  • BGE CDMG
  • fongecif
  • cma cdmg
  • onisep partenaire cdmg
  • apel logo
  • opcalia partenaire cdmg

le réseau

 

logo reseau cite des metiers