Thématiques

Quel projet pour la voie professionnelle ?

Le rapport sur la voie professionnelle scolaire a été remis au ministre de l’Education nationale. La réforme pourrait entrer en vigueur à la rentrée 2019.

Une orientation progressive dès la troisième, un module d’accompagnement en terminale, la création de grands campus professionnels... le rapport sur la voie professionnelle vient d’être dévoilé. Aujourd’hui, seul un lycéen sur trois intègre la voie professionnelle. Un bac qui souffre encore d’une mauvaise image et dont l’insertion professionnelle reste difficile. En 2017, 51 % des bacheliers professionnels étaient au chômage sept mois après l’obtention de leur diplôme. Une situation que le ministre de l’Education nationale souhaite faire évoluer en même temps que celle du bac général et technologique.

D’où la remise du rapport, intitulé « viser l’excellence », jeudi 22 février par la députée des Hauts-de-Seine, Céline Calvez et le restaurateur étoilé, Régis Marcon au ministre. Un rapport ambitieux mais qui reste encore très flou.

Une orientation progressive jusqu’à l’enseignement supérieur
Lors de la conférence, Régis Marcon l’a répété plusieurs fois : l’orientation doit être la priorité. « Il faut aller plus loin, l’orientation doit être plus personnalisée et progressive. » Avant leur entrée au lycée, les élèves de troisième devront choisir une famille de métiers. Aujourd’hui, il n’existe pas moins de 100 spécialités au baccalauréat professionnel : commerce, artisanat, gestion, esthétique, travaux public, maçonnerie... L’idée serait de regrouper ces spécificités en fonction de leurs points communs pour permettre aux lycéens de mieux visualiser toutes les formations possibles.

Une fois ce choix établi, en première, les élèves devront choisir une modalité de formation : scolaire ou en apprentissage. Enfin, en terminale, deux modules d’accompagnement seront proposés aux lycéens : l’insertion professionnelle ou la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur. « Il faut conforter le jeune dans son choix de métier grâce à un véritable accompagnement », précise le restaurateur.

Concernant les études supérieures, pour le ministre, le BTS doit rester la voie privilégiée des bacheliers professionnels. Il a d’ailleurs évoqué une possible accentuation des quotas de bacheliers professionnels pour entrer en BTS.

Apprendre à entreprendre
Pour Céline Calvez, la réforme de la voie professionnelle doit passer par de nouvelles méthodes d’apprentissage. « Les jeunes doivent être capable d’entreprendre, pas forcément de monter leur entreprise mais plutôt de prendre des initiatives, prendre confiance en eux pour construire des projets. » Un système de projet professionnel en équipe pourrait donc être mis en place afin de développer « ces compétences transversales ». Déjà adopté dans plusieurs spécialités, la députée espère qu’il sera généralisé.

Ces projets seront aussi l’occasion d’impliquer davantage les enseignants et les professionnels pour mettre fin au « fossé » existant entre les deux entités. Les liens entre entreprises et lycées restent donc essentiels. Jean-Michel Blanquer n’a d’ailleurs pas perdu de vue sa volonté de construire des « Harvard du professionnel » : ces campus à l’américaine seraient un « lieu d’excellence composé d’un lycée professionnel, d’un CFA, d’incubateurs d’entreprises, d’un internat... », a expliqué le ministre. D’après Céline Calvez, cette méthode permettrait de faire « rencontrer le potentiel des jeunes et les opportunités de la société et donc de l’innovation ».

Si Jean-Michel Blanquer veut inscrire la réforme comme « une clé pour la réussite de la jeunesse », Régis Marcon s’est montré plus prudent : « Elle ne se fera pas du jour au lendemain. » Le rapport doit maintenant faire l’objet d’une concertation en mars, avant la présentation d’une réforme de la voie professionnelle en avril prochain. « C’est un immense changement dont il faut saisir les opportunités », a conclu le ministre.
Source : lu dans orientation-education.com

retrouvez-nous

twitter

Partenaires

  • BGE CDMG
  • pole emploi cdmg
  • fongecif
  • onisep partenaire cdmg
  • crij guadeloupe partenaire
  • région guadeloupe cdmg
  • cma cdmg
  • TELI CDMG
  • CCI Guadeloupe
  • agefiph partenaire
  • opcalia partenaire cdmg
  • apel logo

le réseau

 

logo reseau cite des metiers