Thématiques

Savoir valoriser les 5 skills recherchés face à un contexte incertain

Face à un contexte incertain, les entreprises se révèlent frileuses à réaliser de nouvelles embauches. Il est donc important d’apprendre à se valoriser face à des recruteurs.

Il faut bien le reconnaître, chercher un emploi en 2020, en pleine crise sanitaire, alors que l’on se demande à quel moment la récession va frapper, ce n’est pas évident. Et en même temps, j’ai toujours pensé que ce sont dans les plus grandes difficultés que l’on en apprend le plus sur soi et sur la vie. Et je crois que ce qui se passe en ce moment n’échappe pas à la règle.

On ne peut pas arrêter les vagues, mais on peut apprendre à les surfer. Alors oui, si vous aussi vous êtes à la recherche d’un emploi actuellement, vous pouvez tirer votre épingle du jeu malgré ce contexte difficile. Et notamment en comprenant les enjeux auxquels sont confrontées les entreprises qui vous intéressent. C’est en cernant leurs besoins en matière de recrutement que l’on en apprenant à y répondre de manière proactive dans ses candidatures.

Ces dernières années, vous avez peut-être beaucoup entendu parler de « soft skills« , ces compétences humaines, ces savoir-être, attitudes (comme l’esprit d’équipe, l’aisance relationnelle, la résolution de problèmes) qui ont pris une importance croissante face aux « hard skills », des compétences techniques que vous avez acquises au fil de vos études, formations ou expériences professionnelles. Parce que nous avons rarement connu un contexte économique aussi incertain qu’en 2020, les entreprises ont besoin d’être entourées d’équipes qui possèdent ces fameux « soft-skills », mais pas n’importe lesquels.

Les 5 soft-skills les plus recherchés par les recruteurs en ce moment

* L’autonomie : avec les mesures sanitaires, nous allons désormais devoir alterner le télétravail et le présentiel. Il nous faut donc apprendre à avancer sur nos projets sans être entouré de notre équipe, de notre N+1, en s’habituant à se faire des auto-feedback sur notre travail
* La flexibilité : le confinement nous a appris que tout peut changer du jour au lendemain. Il est essentiel de savoir accepter un changement soudain sans être décontenancé, sans râler, et d’adopter un état d’esprit réactif, constructif et positif,
* La gestion de projets : certains départements qui travaillaient peu ensemble doivent désormais collaborer pour la mise en place de projets (ex. Marketing et RH), et il va nous falloir gérer de plus en plus de projets transverses, avec parfois des effectifs plus réduits. Cela nécessite que nous apprenions à coordonner, organiser et à jongler facilement avec différents interlocuteurs,
* La polyvalence : avec les changements rapides que nous connaissons, les métiers vont évoluer à grands pas. Ainsi s’ouvrir et s’intéresser aux univers connexes à notre domaine de spécialité nous permettra de savoir rebondir efficacement si notre métier ou notre spécialité est amené(e) à évoluer,
* La créativité : la concurrence reste énorme, et la seule façon de se différencier est d’être innovant. En sachant proposer des solutions inédites, sortir des sentiers battus, réfléchir différemment (« think out of the box »), il est possible d’offrir à ses recruteurs une arme concurrentielle indéniable.

Vous l’aurez compris, avoir des diplômes et cumuler des connaissances pointues c’est bien, mais cela ne sert à rien si vous ne mettez pas en avant vos qualités personnelles lors de vos entretiens. Valoriser vos « soft-skills », et notamment ceux qui sont recherchés actuellement est indispensable pour séduire vos interlocuteurs, qu’il s’agisse des cabinets de recrutement, des dirigeants ou de services RH.

Alors comment valoriser au mieux ces fameux « soft-skills » pour vous donner toutes les chances de convaincre ?
Vous devez absolument illustrer les qualités que vous dites posséder en le prouvant par l’exemple. Pourquoi ? Parce que les mots peuvent vouloir dire mille choses, et surtout, parce que votre recruteur ne peut pas se contenter de vous entendre énumérer vos qualités sans avoir ne serait-ce qu’une idée de comment vous les mettez en place concrètement. Il a besoin de se projeter, et de vous projeter en situation.

Il y a plein de façons d’illustrer ses soft-skills par l’exemple, en voici trois :

* Par une anecdote qui montre de quelle façon vous avez mis en place ce « soft-skill ». Par exemple : « Je suis une personne très flexible, je sais m’adapter à des situations inattendues ... par exemple, sur le poste de responsable commerciale que j’ai occupé en 2012, j’étais notamment chargée de représenter la collection de la marque sur les salons de mode internationaux. Sur notre premier salon à New-York, la collection n’est jamais arrivée parce qu’elle a été retenue par les douanes. Voilà comment je me suis adaptée à cette situation inédite ... ce que j’ai mis en oeuvre... et voici les résultats que j’ai obtenus. »

* Par vos expériences professionnelles passées dans lesquelles vous les avez déployés (job, stage, bénévolat, alternance, petits boulots, etc). Par exemple : « Je suis capable de travailler en toute autonomie. Au début de mes études, j’ai réalisé une étude de marché pour un dirigeant. Il était en déplacement très régulièrement et ne l’ai vu qu’à deux reprises. Je me suis donc organisé seul, j’ai appris à me fixer des objectifs, à organiser mon temps, à prendre du recul et à porter un regard critique sur mon travail ... à la fin il m’a félicité pour mon autonomie. »

* Par vos loisirs, vos activités bénévoles, votre mode de vie (oui oui !). Par exemple : « J’ai un profil assez créatif, au sens où je sais réfléchir différemment ... par exemple, j’ai une passion pour les Escape Games et je suis particulièrement bon à ce jeu, parce que je vais creuser des pistes improbables, avoir l’idée de chercher là où personne ne serait allé, et c’est souvent là que se trouvent les indices. »

Voici la façon dont vous pouvez valoriser vos qualités. Alors oui, le contexte est difficile, mais c’est le moment de rebondir sur l’obstacle ! Transcender les difficultés est d’ailleurs un « soft-skill » que vous pourrez ajouter sur votre liste lorsque vous aurez décroché votre job. Car c’est une vraie qualité de savoir créer sa chance là où la plupart des personnes ne voient que des problèmes. Winston Churchill disait d’ailleurs : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » À présent vous avez les clés !
Source : extrait courrier cadres du jeudi 4 juin 2020, Mathilde Seifert

retrouvez-nous

twitter

Partenaires

  • agefiph partenaire
  • BGE CDMG
  • opcalia partenaire cdmg
  • TELI CDMG
  • CCI Guadeloupe
  • fongecif
  • région guadeloupe cdmg
  • crij guadeloupe partenaire
  • cma cdmg
  • pole emploi cdmg
  • onisep partenaire cdmg
  • apel logo

le réseau

 

logo reseau cite des metiers